Victor Hugo qui cache plusieurs facettes sous son masque public ajoute à celui de l'écrivain, le dessinateur. Au cours de sa vie, il mena ainsi de front plusieurs activités et celle du dessin fut engagée de manière parfaitement autodidacte. En ayant recours à plusieurs techniques comme l'encre, la plume,le pinceau, le crayon de graphite, le fusain, les lavis, la gouache (et bien d'autre encore) et n'hésitant pas à les mélanger, l'auteur de Notre Dame de Paris a ainsi réalisé de nombreuses oeuvres (quatre mille dans l'ensemble) plutôt réussies. Ce qui a propos lui valut une louange de Baudelaire :« Je n'ai pas trouvé chez les exposants du Salon la magnifique imagination qui coule dans les dessins de Victor Hugo comme le mystère dans le ciel. Je parle de ses dessins à l'encre de chine, car il est trop évident qu'en poésie, notre poète est le roi des paysagistes ». Si Victor Hugo montrait de la réticence à exposer ses dessins au yeux du monde, il utilisait ceux-ci pour illustrer ses textes et ou pour d'autres diverses circonstances. A travers son travail picturale, l'artiste a évolué; au début plutôt réaliste, et suite à des conséquences politiques comme son éxil et son statut d'écrivain romantique qui s'affirmait, ses dessins se rapprochaient du fantastique. Les dessins dénoncent notamment le mouvement auquel appartenait l'écrivain avec les thèmes abordés et les sujets représentés : La Nature, le crépuscule, la mer, l'aspect fantastique et sombre... Si Victor Hugo était connu à l'origine pour exprimer des images poétiques à travers les mots, il a su également les représenter concrètement en images.

Hugo et les artistes romantiques

        Victor Hugo a fréquenté plusieurs de ses contemporains romantiques : peintres, graveurs tels que Delacroix, Rembrandt, Goya, Piranèse et pleins d’autres encore… Toutefois sa relation avec Delacroix est celle qui peut-être serait plus intéressante d’aborder : les œuvres du peintres auraient influencé certains écrits de l’écrivain. Rencontrés en 1827, ils se sont depuis portés un intérêt commun a leurs travaux, de plus Victor Hugo a défendu le Sardanapale de Delacroix la même année 1827. Le tableau de Delacroix Les massacres de Scio de 1824 et le poème L’enfant de Hugo de 1828 peuvent être mis en relation : le poème écrit après 4 ans après le tableau l’aurait pris comme référent : tout d’abord quand Hugo emploie le terme Chio, il se réfère au tableau et la mise en scène de cet instant. Le Pathétique présent dans ces œuvres est remarquable chez certains personnages soulignées par les artistes : le héros négligé pour des personnes ordinaires. Chez Hugo : l’enfant et pour Delacroix : des civils, des jeunes et vieilles femmes…Par ce procédé le spectateur ou lecteur s’identifie d’autant plus à ces personnages ordinaires accentué dans le poème avec le dialogue de l’enfant et dans le tableau avec les grandes dimensions du tableaux qui attirent le spectateur au premier plan ou se situent les personnes simples. Cependant le plus grand point commun que possèdent les deux œuvres reste sans aucun doute le choix des couleurs utilisés par Hugo et Delacroix : or blanc et bleu. Ces couleurs dans les deux œuvres traduisent une même palette de couleurs qui présentent une même image visuelle.

*******************************************************************

Victor Hugo a réalisé plus de 4000 dessins. Il est possible d'en voir quelques uns dans la galerie photo, classés par genre  avec diaporama:

Décors           Empreintes           Fantasques             Océan         Pochoirs      Portrait          Tâches